Un enfant, un visage que l'on connait, un petit gars courageux qui doit faire face à un combat bien trop lourd pour lui. Et puis une famille. Un Papa, une Maman, qui affrontent chaque jour l'impensable. Une petite soeur aussi, entraînée dans cette lutte permanente...

Et puis il y a l'impuissance. L'impuissance, douloureuse, qui nous touche nous, amis ou connaissances, qui nous bouleverse. A l'origine il y a une injustice. Une injustice profonde, de celles qui vous remuent jusqu'au fond de l'âme, qui vous mettent dans une colère sourde que vous ne pouvez ignorer.

Alors on demande : peut-on vous aider ? Peut-on faire quoi que ce soit ? Tout plutôt que de vous regarder souffrir sans pouvoir rien y changer...

Et puis l'idée naît : puisqu'on ne peut pas modifier la donne, puisque rien ne peut effacer le diagnostic, ne pourrait-on pas adoucir un peu le quotidien ? On se regroupe, on se rend compte qu'on est plusieurs à vouloir la même chose, que même si l'on ne se connait pas, on peut créer ensemble !

« Des petits moments de bonheur » voit enfin le jour, avec de modestes objectifs : réaliser quelques rêves pour aider Leny et ses proches à tenir mais aussi contribuer financièrement à la recherche pour qu'un jour, bientôt, l'espoir renaisse.

Le plus dur reste à faire : convaincre ! Convaincre les parents de Leny, qui ne demandent rien, que les autres ont besoin de les aider, qu'il n'y a pas à remercier, qu'ils peuvent simplement accepter. Ce n'est pas de la charité, c'est simplement une manière d'être solidaires, de nous sentir mieux nous-mêmes.... Parce que ça aurait pu nous arriver.

Accepter de parler de leur vie, de l'exposer, ne fut pas simple. Dans un souci de protection ils avaient souhaité au départ qu'on ne montre pas trop leur fils. Mais c'était compter sans Leny, ce petit homme qui nous a bluffés en prenant part à l'aventure, en demandant à la créer avec nous !

Voilà notre histoire, celle de quelques individus qui ont choisi d'agir pour ne plus subir ! Espérons que notre groupe ne fera que croître, pour pouvoir les entourer et faire de leur combat le nôtre, le vôtre...

Envoyer à FacebookEnvoyer à Google PlusEnvoyer à Twitter